L’irrésistible beurre de la vache Froment du Léon

C’est l’histoire d’une jolie petite vache, la Froment du Léon. Elle est réputée pour sa gentillesse – jadis, lorsque les hommes partaient pêcher le cabillaud à Terre-Neuve, les Froments restaient à la ferme avec les femmes et manifestaient tant de douceur et de présence qu’on les avait appelées « les vaches de Madame » ! Quant à son lait, la Froment l’offre avec parcimonie, pas plus de 6 à 7 litres par jour. C’est pourquoi elle a failli disparaître : pas assez productive. Heureusement, grâce à quelques irréductibles, la voici revenue pâturer entre Paimpol et Saint-Brieuc : trèfle, chicorée, luzerne et autres herbes dont elle se régale. Résultat, un  lait riche et gras qui donne une crème exceptionnelle. Et je ne vous parle pas du beurre…

Beurre.jpg

Lire la suite

Adobo ou le plaisir du vinaigre en cuisine

J’adore le vinaigre dans la cuisine. Quand je dis vinaigre, je parle de vinaigre cuit, pas de son avatar le plus courant, dans vinaigrettes ou marinades. Il n’apporte pas comme on pourrait le croire (le craindre ?) sa seule acidité, mais aussi des parfums, une liaison, une texture, une douceur certaine. Bien entendu, cela dépend des vinaigres : balsamique, il sera doux et velouté ; de riz ou de pomme, il sera fruité et à peine acidulé ; de vin rouge il sera très aromatique ; de miel, il apportera douceur et moelleux ; de xérès il offrira ses arômes boisés… Goûtez et amusez-vous.

Le plat que je vous propose ici, l’adobo, est tel que je l’ai dégusté aux Philippines : tendre et extrêmement parfumé. Mais arrangé à ma sauce, avec ajout d’orange, de muscade et de girofle, de patate douce et de poireau.  Vous pouvez aussi imaginer cet adobo sans riz, mais sur un couscous de chou-fleur, une polenta moelleuse, un petit épeautre pilaf…

Adobo.jpg

Adobo de porc comme aux Philippines

(Pour 4 personnes. Préparation : 20 min. Cuisson : 1 h.)

Lire la suite

Poireaux confits

On ne les aime pas vraiment ces pauvres poireaux, ils ne semblent bons que pour la vinaigrette, pour distraire les pommes de terre ou se prélasser lascivement dans une soupe. On n’y pense pas, ou peu, comme légumes, seuls. Ils sont pourtant excellents, comme ceux-ci, à la fois doux et parfumés, tendres et croustillants. Allez, réhabilitons le poireau !

Poureaux

Poireaux confits, sucre et sel

(Pour 2 à 3 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 30 min.)

Lire la suite

Fukushima, 7 ans de réflexion

Sept ans. Il y a sept ans que ce nom, Fukushima, toponyme tout simple jusqu’alors inconnu pour la plupart, a brisé notre cœur. Ceux qui les ont vécues, en direct ou en différé, n’oublieront jamais ces terribles images de mort et de destruction, sur fond de centrale nucléaire au bord de l’explosion. Et qui dit centrale nucléaire dit radioactivité (le premier qui me dit que le nucléaire est la plus propre des énergies…). Car ce qui est terrible avec la radioactivité, c’est qu’on ne la voit ni ne la sent. On la mesure – avez-vous vu les magnifiques images des environs de Tchernobyl rendus à la nature, où les animaux s’ébattent en toute liberté (normal, l’homme n’est plus là) ? Mais la radioactivité, elle, demeure, et pour longtemps. Tout comme à Fukushima.
Après Tchernobyl et Fukushima, becquerel, sievertcésium, cadmium, strontium, plutonium se sont gravés à jamais dans nos têtes… Synonymes de pollution nucléaire, sans doute pour des milliers et même des millions d’années, avec laquelle il faut, il faudra, pour les générations à venir, vivre.

Alors quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus, il y a peu, une invitation à aller déguster… les produits de Fukushima. Mais on ne peut non plus contraindre un pays à rayer une région entière de sa carte, surtout quand il s’agit du Japon – un si petit pays. Et quand on sait que Fukushima et sa région est riche de fruits et légumes, de poissons, de bovins… Allez, n’écoutant que ma curiosité, j’y suis allée. Et l’on a tenté de m’y convaincre que tous les produits qui franchissent les frontières de l’Europe, du Japon ou d’ailleurs, sont strictement analysés. Je n’ai aucun doute là-dessus mais… sont-ils pour autant bons pour notre santé ? C’est une autre histoire, me direz-vous, et les scandales alimentaires abondent : vache folle ou aux hormones, huile frelatée, œufs contaminés, poulets à la dioxine…

Je suis donc allée fouiner du côté du site de l’Union Européenne et franchement, c’est très compliqué… Mais je suis tombée sur cette info, qui devrait nous rassurer. Et allez donc faire un tour sur le site de Michèle Rivasi, députée européenne Europe Écologie, en pointe dans toutes les combats pour l’écologie.

Lire la suite

Poireaux-pommes de terre et scones aux fromages

Exaspérés par le froid, la neige, le brouillard ? À quelque chose hiver agonisant sera bon. J’ai décidé de vous donner encore quelques forces avec ces exquis scones, à savourer avec tous types de soupes (je vous en suggère une, poireaux-pommes de terre), encore de saison malgré tous les efforts du printemps naissant…

La soupe poireaux-pommes de terre

(Pour 4 à 6 personnes. Préparation : 30 min. Cuisson : 30 min) Lire la suite

Chocolat chaud tout chocolat

Après quelques jours de printemps, d’espoir, nous voilà de retour en hiver, avec un Paris où la neige tombe à gros flocons. Pas de problème, pour reprendre le dessus, voici un bon chocolat chaud, naturellement épais et velouté, sans ajout de lait (les intolérants au lactose peuvent se délecter !)

Chocolat chaud 1.jpg

Chocolat chaud

(Pour 2 personnes. Préparation : 5 min. Cuisson : 1 min.)

Lire la suite

Testeur de cuisson pour cakes

Je sais, avec votre bonne conscience « développement durable », vous allez me dire : à quoi bon investir (à tort) dans ce genre d’ustensiles, puisque, dans une cuisine, on a toujours des couteaux ? Effectivement, pourquoi ?

Testeurs de cuisson

• Premièrement, disons-le tout de suite, l’investissement est faible (ici, il est de 2,50 euros, mais vous allez en trouver pour moins cher sur d’autres sites, j’en suis sûre ; les miens je les ai achetés il y a belle lurette aux États-Unis).

• Deuxièmement cette « aiguille » est largement préférable à une lame de couteau, dans tous les cas trop large et épaisse. Même la plus étroite fera une profonde entaille là où cet ustensile, en inox, épargnera la pâte. Surtout, n’oubliez pas, le testeur doit ressortir sec pour que votre cake (ou autre gâteau) soit parfaitement cuit – ou humide, selon le type de gâteau –, mais en aucun cas gluant de pâte. Et puis, il pourra aussi vous servir à piquer légumes ou fruits pour vérifier leur cuisson.

• Enfin ce testeur est facile à ranger, avec vos couteaux : vous lui ferez une petite place dans un tiroir, le poserez sur une barre aimantée ou le glisserez dans un bloc-couteaux comme celui-ci (c’est ainsi que je range mes couteaux, mes testeurs de cuisson et mes pinces. Mais ceci est une autre histoire…).

Un gadget soit, mais comme tous les gadgets : indispensable, et ma conscience s’en accommode volontiers !