Sakés de Tottori, merveilles à découvrir

Vous avez bien lu : j’ai écrit “Tottori” et non “Totoro”, le délicieux personnage créé par Hayao Miyazaki pour son film Mon voisin Totoro. Je vous parle ici de la région de Tottori, au Japon (allez voir sur la carte pour la situer). C’est la préfecture la moins peuplée de l’archipel, célèbre pour ses dunes de sable en bordure de mer, ses montagnes, en particulier le Mont Daisen, et ses sources, qui alimentent l’Ouest du Japon en eau minérale. Une eau également indispensable à la fabrication du saké, l’un des symboles du pays. Voilà où je veux en venir…

J’ai eu en effet la chance de goûter quelques-uns des sakés de Tottori à l’occasion d’un déjeuner imaginé par Keisuke Yamagishi, du restaurant Etude à Paris. L’un de ces chefs japonais qui maîtrisent parfaitement la cuisine occidentale et savent associer avec brio deux univers en apparence incompatibles. Un voyage inoubliable.

Retour en texte et images sur ce déjeuner

Pain brioché à la cacahuète et émulsion huile d’olive-cardamome : Keisuke Yamagishi cuisine sans gluten ni lactose, et c’est fort bon.

Crème de carotte au safran d’Iran, mousse de pamplemousse : sous la crème de carotte, des morceaux d’aubergine très moelleux et, sur la fraîche acidité du pamplemousse, un biscuit cacao, amer et parfumé. Avec un saké pétillant servi très frais, au parfait équilibre douceur-acidité.

Lire la suite

Confucius, Shandong et raviolis : un conte chinois

Il était une fois, il y a quelques années, Boulevard de l’Hôpital à Paris, un restaurant chinois qui s’appelait Délice du Shandong. Un jour, ce modeste restaurant ouvrit une antenne vingt numéros plus bas, même artère, même trottoir. J’ai alors imaginé un Délice du Shandong 2… Que nenni ! C’était faire fi de la complexité chinoise. Le nouveau venu s’appelle… Au pays de Confucius et le premier (Délice du Shandong donc) a été rebaptisé L’Empire du ravioli. Encore plus fou, les assiettes d’Au pays de Confucius sont toujours estampillées « Délice du Shandong »… (Et le site internet s’appelle, lui, Délice de Shandong !)

Assiette.jpg

C’est clair, vous suivez toujours ?

Lire la suite

Deux haricots, quelques pignons et des olives

Il y a encore sur nos marchés de beaux haricots verts, tout comme des haricots à écosser. Profitez-en avant l’arrivée en masse des potirons et autres légumes d’automne. Ces deux haricots m’ont inspiré cette recette, à déguster telle quelle ou comme accompagnement de céréales, viandes, volailles, fruits de mer ou poissons.

Haricots.jpg

Haricots sautés, olives et pignons

(Pour 4 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 8 min.)

Lire la suite

Les tomates, l’huile et le beurre

Les tomates, l’huile et le beurre : cela sonne comme une fable de La Fontaine. Mais gardons les pieds sur terre, comme les tomates, et parlons cuisine, pour ne pas changer. C’est quasiment la fin de la saison, mais elles sont délicieuses, encore gorgées du soleil de l’été, tendres et sucrées. Tomates, soleil, été : une évidence avec l’huile d’olive. Mais mes vacances vendéennes m’ont rappelé le goût du beurre cru demi-sel, avec quelques délicieux grains de sel croquant dedans… Alors marions nord et sud et abolissons les frontières !

Tomates 1.jpg
Tomates du marché, toutes couleurs.

Je les ai achetées au marché, ces tomates, et les ai laissées tranquillement mûrir. Elles deviennent ainsi plus juteuses et sucrées. Et je les aime sans peau : pour les peler, piquez la peau et retirez-la avec un couteau, elles s’enlèvera toute seule. Si elles ne sont pas totalement mûres, ou selon les variétés, cette opération est plus délicate : passez la lame du couteau contre la peau, inclinée à 20-30°, afin de ne pas abîmer la chair, sur toute la surface de la tomate, comme précédemment, puis piquez la peau et retirez-la.

 

Salade.jpg

Salade de tomates à l’huile d’olive

(Pour 4 personnes. Préparation : 10 min.)

Lire la suite

Confiture de maras des bois

A Saint-Gilles-Croix-de-Vie, il y avait encore des fraises, les plus parfumées, les maras des bois. Et, m’a dit la charmante vendeuse Audrey – qui a pris la place de Jean-Marc  –, jusqu’à fin septembre. Je me suis régalée à les confiturer.

Confiture.jpg

Confiture de maras des bois

(Préparation : 20 min. Repos : 40 min. Cuisson : 20 min.)

Lire la suite

Une salade de rentrée, estivale, sans véritable recette…

Je suis rentrée de vacances, de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (je vous en avais déjà parlé), avec dans mes bagages, des haricots à écosser tout frais (mais déjà écossés par moi), des poivrons (déjà grillés dans la maison que j’habitais), des tomates cerise, des oignons rouges et des radis du marché, et de la confiture de maras des bois faite de mes blanches mains (mais ça c’est une autre histoire !). Donc j’ai improvisé cette salade, sans vraiment peser, mais juste en associant les merveilles de cet été finissant.

Salade.jpg

Salade de rentrée

(Pour 2 personnes. Préparation : 5 min.)

Lire la suite

Gari, le goût du Japon (2)

Si vous aimez les sushis, c’est inévitable, vous connaissez le gari, ces fines tranches de gingembre souvent rose fluo – donc bourrées de colorant –, que l’on croque entre chaque sushi pour rafraîchir le palais et ouvrir l’appétit pour le suivant. C’est délicieux, addictif, et vraiment facile à faire.

J’ai préparé deux bocaux : l’un avec du vinaigre de riz, comme il est de tradition au Japon, mais comme je n’en avais pas assez, j’ai réalisé le second avec du vinaigre de cidre. Eh bien, c’est franchement moins bon, moins frais et acidulé. J’ai ajouté des feuilles de shiso qui normalement colorent joliment le gari, mais elles n’ont pas vraiment rempli leur fonction ! Peut-être devrais-je essayer quelques gouttes de jus de betterave, je suis sûre que ça marcherait. Mais donc, en attendant, mon gari est d’un joli beige-rosé.

Ne cantonnez pas le gari aux sushis, proposez-en avec viandes, volailles ou poissons froids ; hachez-en un peu et ajoutez-le dans une vinaigrette que vous préparerez avec sa marinade pour une salade verte puissante ;  émincez-le et ajoutez-le dans une omelette ; croquez-en avec de simple légumes vapeur ou rôtis…

J’ai intitulé ce sujet Le goût du Japon (2), car j’avais déjà utilisé Le goût du Japon pour le wasabi. Gari et wasabi ne sont-ils pas de puissants marqueurs de la cuisine japonaise ?

Gari.jpg

Gari  

(Préparation : 15 min. Cuisson : 5 min.)

Lire la suite