La vie de Château à Courban

Lorsque Pierre Vandendriessche, décorateur lillois, se porte acquéreur d’une vieille bâtisse à Courban, dans la Côte d’Or, il y voit d’abord l’occasion de se procurer une simple maison de vacances familiale. Hélas, les enfants de la famille auront vite fait de quitter le nid fantasmé par leurs parents, et Pierre et son épouse se retrouvent rapidement dans une maison soudain devenue trop grande. Le couple va bientôt louer des chambres aux chasseurs de passage – d’autant que la région, au Nord de la Bourgogne, à la limite de la Champagne, est très giboyeuse. Ainsi va germer peu à peu l’idée de faire de la demeure un hôtel et naîtra, quelques années plus tard, le Château de Courban, ravissant hôtel 4 étoiles pourvu d’une excellente table.

Depuis 2012, ce sont les enfants de Pierre, Frédéric et Jérôme, qui sont aux manettes. Vous ne pouvez les manquer, ils sont d’une élégance et d’une originalité remarquables. Je ne vous en dis pas plus, à vous de les découvrir !

Lire la suite

L’aster maritime, toute la mer dans une petite feuille

Cette petite feuille épaisse et plate, c’est l’aster maritime, une plante qui pousse au bord de la mer, dans les prés salés de certains estuaires. On l’appelle aussi « oreille de cochon » (pourquoi donc ?) ou « épinard de mer ». Elle est fraîche, craquante, acidulée, et surtout aussi iodée qu’une huître. J’en avais acheté, avec des coques, chez Poiscaille, lors de la manifestation De la cagette à l’assiette.

aster-maritime-ok

Coques et asters

(Pour 2 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 5 min.)

Lire la suite

Œufs brouillés au wasong

Il y a peu, je vous parlais du greenmarket d’Union Square à New York, et de quelques aliments que j’avais croisés au hasard de mes flâneries d’étal en étal, et dont je ne savais pas grand-chose ! Parmi eux, le wasong, une petite plante grasse de la famille des succulentes, parée de (presque) toutes les vertus dans la pharmacopée chinoise. Bien sûr, je me suis empressée d’acheter la petite merveille, de la ramener dans mes bagages et… de la cuisiner. Avec des œufs brouillés, comme proposé par les producteurs.

Wasong

Cru, le wasong est croquant, juteux, acidulé et astringent. Cuit, il garde le croquant et l’acidulé.

Lire la suite

Fruits d’été sautés et kasutera de Nagasaki

Le kasutera (ou castella) est une spécialité de la ville de Nagasaki. Celui que vous voyez ici, fabriqué par la célèbre maison Fukusaya, m’a été rapporté de là-bas. C’est un biscuit léger, souple, légèrement spongieux et humide, au délicat goût de miel. Le castella (devenu « kasutera » dans son adaptation japonaise), comme la tempura ou les korokké (croquettes), est arrivé au Japon dans les bagages des Portugais, les barbares du Sud, comme on désignait alors les Européens venus commercer avec le Japon, au 16e siècle. Tout ça, c’est de l’Histoire, mais il n’en reste pas moins que kasutera, tempura et korokké sont devenus des classiques de la cuisine japonaise.

J’adore le kasutera tel quel, mais j’ai aimé le préparer avec des fruits de saison à peine sautés dans un filet d’huile d’olive – vous pouvez utiliser du beurre, mais huile d’olive et miel, pêches et abricots, thym et basilic, c’est un doux résumé du Sud !

Kasutera gâteau.jpg
Le kasutera de la maison Fukusaya ou l’art de l’effeuillage à la japonaise !

(Pour 2 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 5 min.)

Lire la suite

Le Café de l’Homme, un balcon sur l’histoire

Pénétrer dans Le Café de L’Homme, c’est se retrouver au cœur de l’histoire : sur la Place du Trocadéro, sur le Parvis des Libertés et des Droits de l’Homme, dans le Palais de Chaillot, construit pour l’Exposition Universelle de 1937.

Vos pas vous guident donc dans un très bel espace, magnifiquement restauré dans les codes Art Déco du Palais de Chaillot. Le lieu, comme le Musée de l’Homme, a fermé en 2011 et  rouvert en 2015. S’il fait beau vous pouvez manger en terrasse – le jour où j’y suis allée, le 1er juillet, il faisait mauvais, froid, et les premières gouttes de pluie nous ont efficacement convaincus de migrer vers l’intérieur. Juste derrière la sculpture d’Albert Pommier, Hercule domptant un bison, et avec vue imprenable sur la tour Eiffel.

Lire la suite

Greenmarket, une folie new-yorkaise

Faire un tour à New York sans aller au Greenmarket d’Union Square est inconcevable. Né il y a pile 40 ans, ce marché fut le premier du genre. Il y en a aujourd’hui une cinquantaine, à Manhattan, dans le Bronx, le Queens, à Brooklyn et à Staten Island. Le principe ? Permettre aux producteurs locaux de vendre directement, sans intermédiaire. Ils ne sont pas tous bio, mais tous travaillent dans le respect de la terre, de l’eau et du sol de leurs propriétés. Et, petit plus, vous pouvez discuter avec eux et leur poser toutes les questions qu’il vous plaira (allez donc faire ça en grande surface !).

En cette fin août, il y faisait très chaud, mais tout était beau, frais et faisait terriblement envie – la prochaine fois, juré, je loue un appartement pour pouvoir cuisiner ces magnifiques produits !

Quelques images et quelques producteurs

Un petit aperçu de ce que j’ai vu ce jour-là. Sur le site du Greenmarket, vous trouverez la liste de tous les producteurs et des autres Greenmarkets de New York. Et en cliquant sur le Greenmarket de votre choix, vous aurez la liste des producteurs et leurs jours de présence.

Nordwich Meadows Farm, un très grand étal, d’une richesse incroyable

Lire la suite