L’effet Papillon de Christophe Saintagne

On ne la fait pas à Christophe Saintagne : c’est un chef, un vrai, un grand, un tatoué (heu, ça je n’en sais rien !), un élevé à l’école Ducasse. Après le Plaza Athénée et le Meurice, le voilà dans son restaurant à lui, Papillon. Tout beau, tout neuf, tout bon. D’aucun(e)s lui ont donné de très mauvais points ? Moi, je m’y suis régalée lors d’un déjeuner entre amies. Voilà, c’est dit. Et j’y retournerai.

Picture illustrating a post on elisabethscotto.com
La devanture : bleu et or, simple et graphique.

Joli camaïeu de carreaux bleus et bruns et petit salon à la grande table de marbre, enseigne/emblème en forme de papillon/trombone : le design est de Pierre Tachon. Christophe Saintagne voulait « un lieu de bonheur pour tous ceux qui viennent, et moi le premier ». Et c’est réussi. Un bémol : le niveau sonore, mais « on est en train de régler ce problème ».

• Les entrées :

Papillon pommes Anna.jpg
Calmar, oursin, pomme Anna au lard paysan : des produits qu’on n’imagine pas forcément ensemble, pour un résultat tout à fait réussi.
Papillon maquereau.jpg
Maquereau, poireaux, poutargue : du fumé, du salé, du moelleux… Parfait.

• Les plats :

Picture illustrating a post on elisabethscotto.com
Barbue rôtie sur canapé, herbe amère à l’olive : mmmmm, la purée d’olive dans la salade ! Et parfaite cuisson du poisson.
Picture illustrating a post on elisabethscotto.com
Quasi de veau rôti, artichaut à la diable : une viande parfaitement fondante et des artichauts cuits et crus savoureux. Un look tout à fait classique pour un plat résolument moderne.

• Les desserts :

LE gâteau au chocolat qui a fait parler tant il est audacieux, atypique : il semble un peu cramé cuit dans un grand plat et servi à la louche, un peu à l’arrache. Dans l’assiette, une crème épaisse savoureuse, fraîche, pétillante avec ses éclats de gruau, et des feuilles de menthe dont on se dit « il a osé, menthe et chocolat c’est un peu ringard non ?» Eh bien non, pas du tout, c’est un pur délice, une explosion dans la bouche… Et ne me dites pas que vous n’aimez pas le chocolat !

Picture illustrating a post on elisabethscotto.com
Ananas et bananes à l’oseille : un délice de fraîcheur acidulée.
Picture illustrating a post on elisabethscotto.com
Et pour finir, avec le café, d’irrésistibles madeleines.

Et Le Garde-Manger alors ?

De l’autre côté de la cuisine, dans la salle voisine, Laura Portelli, la compagne de Christophe, officie au Garde-Manger, à la fois épicerie, traiteur et petit espace de dégustation qui, avec les beaux jours, s’ouvrira sur la rue. Elle est pleine d’énergie Laura, qui vient à 7 h du matin profiter des cuisines du restaurant pour préparer ses plats. Elle y cuisine jusqu’à 11 h, laissant ensuite place  à Christophe et son équipe.

Le Garde-Manger : petit cochon rose, bonnes bouteilles, piments confits, sardines en boites,  huiles d’olive…  Tout y est extrêmement bien choisi. Vous trouverez aussi des pâtes fraîches, des charcuteries, des fromages, entre autres délices.

Papillon, Le Garde-Manger

8 Rue Meissonnier, 75017 Paris.

Papillon  : 01 56 79 81 88
Du lundi au vendredi, déjeuner et dîner.
Mail : amis@papillon.fr

Le Garde-Manger : 09 67 12 81 88
Ouverture : 10h30- 14h30 / 17h30-23h.