L’hymne de nos campagnes

couverture
Couverture du livre Fourche et fourchette, de Camille Labro

Le titre

Fourche et fourchette. Un petit air de cuisine, de campagne, mais aussi de révolte et de révolution – la fourche, ça ne vous rappelle rien ?

L’auteure

Camille Labro. Une talentueuse journaliste gastronomique, qui écrit notamment pour M le Monde. Elle a un talent fou, Camille (et je ne dis pas ça parce que je la connais un peu), elle écrit bien et… elle va toujours chercher là où ça fait mal. Une vrai journaliste, quoi.

Le livre

Portraits et recettes. Mais pas n’importe quels portraits… Ceux d’hommes et de femmes passionnés, viscéralement attachés à leur terre et qui la travaillent avec fierté et savoir-faire.

« Jeunes ou plus vieux, néo-ruraux inventifs ou héritiers de traditions anciennes, ils aiment ce qu’ils font, avec passion, fierté et savoir-faire. Ils sont maraîchers, jardiniers, éleveurs, boulangers, explorateurs de techniques agro-écologiques, permacoles ou biodynamiques. Mais ils sont, avant tout, paysans. Guidés par le bon sens plutôt que par le sens du profit, qui savent faire surgir de la nature ce qu’elle offre de meilleur, en travaillant avec elle – et non contre elle. Car c’est bien cela, finalement, un paysan : quelqu’un qui travaille avec le pays, mais aussi qui fait le pays, façonne et bichonne les paysages qui l’entourent. Quelqu’un dont le métier est de nourrir ses pairs, mais aussi de prendre soin de la terre. A l’inverse des “exploitants agricoles”, qui épuisent et empoisonnent la nature, les paysans sont dans un échange permanent avec leur environnement – et lui donnent, autant qu’il leur donne ».

Tout est dit. Camille Labro a sillonné la France à la rencontre de ces hommes et femmes, travaillant seuls, à deux ou plus – couples ou associés. Des portraits magnifiquement brossés, qui disent une vie de travail, un travail passionné.

Quatre portraits : Roland Feuillas, Gisèle Taxil, Rémy Anézo, Bérangère Colomb

Des gens qui nous sont finalement très proches : moi j’ai tout de suite pensé à mon grand-père qui tous les après-midis bichonnait son jardin potager et avec qui j’ai tout appris des légumes, à mon père qui chouchoutait ses agrumes, à ma mère qui cuisinait les poulets qu’elle avait élevés avec soin… Mais non, ce n’est pas un retour en arrière, mais un bond en avant vers ce que doit/devra être notre agriculture paysanne. Sinon, c’est la porte ouverte à l’industrie – et là, on est mal, très très mal.

les-canards-de-bertrand-poujol

Les vaches de Grégory Delassus.jpg

le-pain-de-lili-moyses

Alors lisez ce livre, militant et engagé, qui est aussi un livre de recettes toutes simples, qui font vraiment saliver. Régalez-vous avec les trois ci-dessous, mais vous trouverez aussi de la pizza aux orties, du clafoutis à la rhubarbe, de la blanquette de cochon…

galette-aux-herbes-berangere-colomb

aperopinambour-norbert-nicolet-et-marie-lou-thiebault

navarin-dagneau-gerard-legruel

Vite vite, courrez acheter ce merveilleux livre, lisez-le et relisez-le, c’est une bonne base de réflexion sur notre futur et celui de nos enfants.

P.s. : mon titre, L’hymne de nos campagnes, je l’ai emprunté au groupe Tryo.

Fourche et fourchette, Camille Labro
Photographies de Juliette Ranck
Éditions Tana
29,95 euros

Une réflexion sur “L’hymne de nos campagnes

Les commentaires sont fermés.