Fish4Ever, le meilleur de la pêche

Êtes-vous, comme moi, amateur de thon et de sardines en boîte ? (Dans mon cas, on pourra y déceler quelque chose d’héréditaire, étant donné l’activité de la génération Scotto précédente dans la conserverie !) Si oui, vous allez adorer Fish4Ever. Cette société britannique travaille les produits de la mer (thon, mais aussi sardines, anchois, saumon, maquereau…) dans une optique de pêche totalement durable. Et bio, pour ce qui est des huiles et autres aromates. Charles Redfern, son fondateur, répond à mes questions.

Charles Redfern.jpg

« J’ai toujours été à la pointe de la bio, encore plus depuisla maladie de la vache folle. Lorsque j’ai vraiment pris conscience des nombreux problèmes que posait l’industrie des produits de la mer, j’ai décidé de changer ça. À mon niveau. J’ai donc créé Fish4Ever (que l’on pourrait traduire par “poisson pour toujours”), un nom qui est une évidence : pour continuer de manger du poisson, il faut prendre soin de la mer et des poissons. Je me suis lancé dans cette aventure avec comme but et philosophie : payer le bon prix pour apprécier le bon produit. Nous travaillons en association avec Slowfood pour la protection de la pêche artisanale ; EJF (Environmental Justice Foundation) pour lutter contre la pêche illégale ; et This Fish pour ce qui est de la transparence et de la traçabilité de nos produits. Nous nous battons aussi pour l’agrandissement des parcs marins où la pêche est interdite ou très limité, le temps que faune et flore puissent se renouveler. »

Les pêches 

« Nous avons établi des normes pour travailler avec des petits pêcheurs. En règle générale, nous analysons leurs méthodes de travail : si elles sont éthiques, nous collaborons avec eux. Un exemple : le thon albacore. Au Sénégal, le stock global est bien géré, alors qu’en Côte d’Ivoire, il y a de nombreux problèmes ; nous travaillons donc avec le Sénégal. Et bien entendu, jamais nous n’irons draguer le fond des mers et nuire au biotope, notre but étant que la mer continue à tous nous nourrir. »

Les pêcheurs 

« On parle de surpêche, mais pas de méthodes de pêche. Nous, on fait vivre les pêcheurs qui ne travaillent qu’avec des petits bateaux, à la canne, à la ligne ou au filet. Nous préférons l’artisanal et nous payons le juste prix. Sans nous, ces hommes disparaîtraient, leurs communautés aussi – n’oublions pas les femmes, qui travaillent à la mise en boîte ou en bocaux –, et iraient rejoindre la cohorte des miséreux entassés en périphérie des grandes villes. »

L’approvisionnement 

« Il doit être court, il ne faut jamais être loin du poisson et nous travaillons toujours avec les conservateurs locaux. Si besoin, il nous arrive de congeler, mais pas comme les gros producteurs, qui congèlent systématiquement. »

Le poisson 

« Nous travaillons avec le poisson “complet” et non, comme dans l’industrie, avec des morceaux surgelés qui viennent de partout. Et nous mettons en boîte sans rien jeter. Le meilleur est dans la boîte, les morceaux les moins nobles entrent dans la préparation de terrines, et j’ai le projet de faire un “bone broth”, un bouillon d’arêtes, dans la tradition américaine – parce que c’est bourré de collagène et excellent pour la santé. Quant aux déchets, ils sont utilisés pour la nourriture animale ou la fertilisation des terres. »

Poisson sauvage/poisson d’élevage

« Je suis bien entendu pour le poisson sauvage, mais je n’ai rien contre le poisson d’élevage, à condition qu’il soit bien élevé – côté poissons bio, il y a de bonnes avancées – et que l’on corrige enfin tous les excès, comme par exemple le pillage des petits poissons qui servent à nourrir les gros. »

Les projets 

« Des thons au naturel parfumés : j’ai pensé à aromatiser le bouillon pour parfumer le poisson, au gingembre ou au citron, par exemple. Et c’est excellent. Et bientôt, du thon à l’huile de coco. »

Les produits 

En plus des thons, saumons, sardines, anchois et maquereaux (ici), trois délicieux pâtés (qui remplaceront avantageusement les rillettes industrielles pas bonnes, trop grasses, trop salées…) à base de poisson et d’algues (3,95 € – 140 g), très riches en protéines :
Pâté de thon au wakame : algue wakame bio, thon, ail, olives croquantes
Pâté de sardines et kombu : algues, sardines relevées à la Worcestershire sauce et  aux herbes
Pâté de maquereaux et spaghetti de la mer : algues, maquereaux, huile pimentée et piment rouge, pauvre en sucre et sel.

Pâtés Fish4Ever.jpg

Où trouver Fish4Ever ? – Sur le site www.greenweez.com

– À Paris et en région parisienne :

Élan nature 75014 Paris

Faidherbe bio 75011 Paris

Pimlico 75012 Paris

Queues de cerises, à Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux.