L’huile d’olive nouvelle de Maison Brémond 1830

Chaque année, l’huile d’olive nouvelle arrive au cœur de l’hiver, gorgée du soleil qui a nourri les olives tout l’été. La cuvée 2017/18 de Maison Brémond 1830 – Première récolte, First Harvest – est un délice d’une ardence toute en délicatesse, sans agressivité superflue. Testez. Versez-en quelques gouttes dans une petite cuillère et goûtez : j’y ai trouvé des épices douces, sensuelle cannelle et poivre frais et délicat – comme celui du Viêt-Nam, que j’ai acheté chez Olivier Roellinger –, un léger parfum d’herbe coupée et une parfaite longueur en bouche.

Huile nouvelle.jpg

Cette huile vient du Domaine des Bastidettes, la belle maison d’André Meiffre – que j’ai eu le plaisir de rencontrer lors de l’écriture de L’huile d’olive, l’or de la Provence, un homme passionné et passionnant, grand lecteur et grand voyageur, qui a arpenté les oliveraies du monde entier pour y dénicher le meilleur, et qui a acclimaté dans son beau pays d’Arles des variétés qui n’y poussaient pas encore. Et en bio bien entendu (entrevoir ci-dessous ce qu’il disait il y a déjà quelques années).

Dépêchez-vous, l’huile nouvelle ne dure jamais longtemps. Et le flacon est si joli qu’on a envie de le recycler – dans les faits, il est parfaitement recyclable.

Le flacon de 1 litre coûte 29,90 euros.
Vous pouvez l’acheter sur le site Maison Brémond 1830, ou en boutiques.