Agapé, un déjeuner parfait

Un restaurant dans un coin du 17e arrondissement de Paris ? Autant dire au bout du monde pour moi – mais je suis capable de me déplacer pour les bonnes causes ! 30 places dans le calme et la blanche douceur ponctuée de gris perle : on s’y sent bien dès l’arrivée, bien accueillis et cocoonés.

Laurent Lapaire et Yoshitaka Takayanagi

Agapé, puisque tel est son nom, est né il y a tout juste dix ans, du talent de Laurent Lapaire. Ce grand garçon au regard bleu pétillant, souriant et accorte, a su sélectionner des chefs qui depuis ont tracé leur route, et quelle route : Bertrand Grébaut (Septime), Guillaume Bracaval (Michel Troisgros Japon), Yohan Lemonnier (L’Initial), Toshitaka Omiya (L’Alliance), David Toutain (David Toutain)… Quant à lui, il a passé 10 ans comme directeur de salle aux côtés d’Alain Passard, à l’Arpège. Ce qu’il cherche avant tout : des produits de saison, bio, et des circuits courts. Et il reste fidèle à ses producteurs de toujours : beurre de chez Bordier, viande de chez Hugo Desnoyer, poisson de chez Poiscaille, les fleurs de Valérie Dubanton pour fleurir les assiettes et le restaurant… Ce qui donne une carte concise où l’on a envie de tout goûter (enfin, moi oui…).

Le chef en place depuis deux ans est Yoshitaka Takayanagi, un japonais de 37 ans, qui passa par Le Grand Véfour, Le Meurice, Ledoyen… Chacune de ses assiettes conte une histoire joyeuse et lumineuse, toujours nouvelle, réinventant chaque jour les magnifiques produits de saison.

Le déjeuner

Beurre Bordier, demi-sel et sarrasin, et huile d’olive de Toscane.

Blini de sarrasin, saumon de l’Adour et églefin fumés et, dans la cuillère,
œufs de saumon et crème.

Touteau citroinnelle verveine
Chair de tourteau, gelée citronnelle-verveine, fleurs de bleuet : la gelée est un pur délice.
Salade tomates
Salade de tomates, fruits, amandes fraîches, burrata, espuma de tomate ananas, fleurs et feuille. Une fraîcheur incroyable.
Grenouilles
Grenouilles panées à l’anglaise (évident pour une grenouille, ou pour les Anglais !), ail noir, courgettes jaunes, émulsion de ciboulette. Délicieux, et les feuilles de verveine croquantes !
Rouget artichaut
Rouget grillé sur écaille, artichaut : purée, chips et barigoule ; sauce olive noire, lierre terrestre. Les écailles sont très à la mode aujourd’hui, mais celles du rouget, particulièrement  coriaces, sont là très agréablement croquantes. L’artichaut j’adore, et là il est exquis quelle que soit sa forme.
Agneau poivron aubergine.jpg
Selle d’agneau de l’Aveyron, poivron farci au boulgour, purée d’aubergine au charbon végétal, jus de cuisson : le mélange des saveurs est absolument irrésistible.
Aloe vera

Aloe vera, fromage blanc, citron caviar : le trou normand façon Agapé, j’en mangerai encore et encore tellement c’est bon, frais, acidulé…

La pavlova mangue-passion inversée : la meringue est dessus. Et c’est excellent.

Glace banane
Crème glacée banane, crumble, poivre sauvage . Très bon, avec une mention spéciale pour le petit grain de poivre sauvage des montagnes de Taïwan – il y en avait 3 autres dans mon assiette – , une rareté toute douce aux parfums irrésistibles d’agrumes et de gingembre, légèrement boisé, très frais.

Financiers pacanes, pâtes de fruits ananas-litchis et café.

Et les vins ?

Des vins « vivants » sans intrants ni pesticides, choisis par Laurent Lapaire et son sommelier Gabriel Guinnebault. Tous deux, avec le chef, concoctent des accords mets-vins, qu’ils proposent aux clients.

Invitée.

Agapé

51 rue Jouffroy-d’Abbans

75017 Paris

Tél. : 01 42 27 20 18