Fripées, et heureusement !

Les tomates c’est fini. Ou presque. Comme le dit Alain Passard, « leur durée de vie dépend de la fin de l’été. S’il y a un bel été indien, elles peuvent durer jusqu’à fin septembre. Après, tout disparaît et commencent les racines. » Alors avec celles qui sont encore là, j’ai réalisé une sauce-passato-coulis (choisissez !) de base, à customiser selon votre goût et vos besoins. Préparez par exemple une sauce hivernale en faisant dorer ail, oignon et gingembre puis ajoutez ce jus parfumé, faites cuire une dizaine de minutes, assaisonnez à votre goût (je vous conseille la pointe de muscade, c’est exquis avec la tomate et le gingembre) et voici une sauce pour assaisonner pâtes ou riz, accompagner une viande grillée, un poisson vapeur ou au four, ou tout ce que vous voudrez. Moi je garde ce délice, gage de soleil au cœur de l’hiver,  au congélateur, mais vous pouvez bien entendu le stériliser.

L’idée ? Laissez les tomates se dessécher afin que leur parfum se concentre, dans votre cuisine ou dehors au soleil. Si vous avez la chance d’avoir un dehors et du soleil. Elles se fripent (virez celles qui s’abiment) gentiment. Elles sont prêtes à passer à la casserole.

L’intérêt ? Le goût puissant de la peau et la pectine contenue dans les pépins donnent une préparation épaisse et délicieusement parfumée.

Tomate basique

  • Tomates fripées
  • Eau
  • Rincez les tomates et mettez-les dans une grande casserole ou une marmite. Ajoutez de l’eau : je ne mesure pas, mais j’en mets juste assez pour démarrer la cuisson, pas plus de 2 cm.
  1. Posez la casserole sur feu vif et, dès l’ébullition, laissez mijoter 30 min.
  2. Laissez tiédir puis mixez les tomates avec leur eau. Filtrez ensuite et utilisez aussitôt, conservez au congélateur ou stérilisez.
Tomates 5
Filtré, prêt à l’emploi.