Couleurs aubergine

L’aubergine c’est l’autre symbole dominant de l’été, juste après la tomate. Celles que j’aime cuisiner arrivent de Sicile, sont très rondes, blanches, quand leur peau ne va pas jusqu’à jouer d’un camaïeu glissant du mauve au violet sombre. Elles ont la chair pâle, dense et douce. Les préparations les plus simples leur vont à ravir et dans cette recette, d’inspiration sicilienne lointaine, elles sont tout simplement grillées, et assaisonnées de choses bonnes, parfumées et croquantes !  Mangez-les aussitôt cuites, presque tièdes, ou longuement marinées, comme il vous plaira. Telles quelles, avec d’autres plats d’été frais et légers, ou pour accompagner poissons ou viandes.

Aubergine 1

Aubergine 2

Aubergines grillées, pignons, raisins et menthe

(Pour 3 à 6 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 10 min.)

Lire la suite

Généreuse Générose

La Générose, c’est une tomate, une nouvelle tomate, bio, issue de croisements et non OGM. Une tomate bien ronde et charnue, d’une jolie couleur tirant vers le rose ou le jaune. Elle pourrait être prise pour une tomate ancienne, mais non : c’est une variété nouvelle, sucrée, goûteuse et juteuse, craquante et fondante. Elle est cultivée en France et vous la trouverez dans les magasins bio, dans les rayons bio de la grande distribution, et elle a un bel ambassadeur en la personne du chef Glenn Viel.

J’en ai fait une préparation fraîche et acidulé, parfaite en ces périodes de grosses chaleurs.

Toamte farcie.jpg

Tomate farcie à l’orge perlé et aux pistaches

(Pour 2 ou 4 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 40 min. Repos : 2 h.)

Lire la suite

Champagne !

Oubliez les footballeurs et leurs millions, les stars et leurs excentricités, les jeunes P.-D.G. de la Silicon Valley… Non, les premiers consommateurs de champagne au monde sont… les Français ! Voilà qui est heureux pour le pays qui l’a créé.

Les Français, en effet, consomment en moyenne 9 bouteilles de champagne par an : une jolie moyenne, non ? Un breuvage de fête qui, n’en doutons pas, est réservé à célébrer tous les moments marquants de la vie. Qui imagine une naissance, un mariage et pourquoi pas un divorce, sans champagne ? C’est là qu’est le problème, se désole Antoine Gerbelle, co-auteur avec Sébastien Demorand de cet ouvrage pétillant, Le champagne, dix façons de l’accompagner : « C’est toujours et encore à l’apéritif ou en fin de repas ».

Champagne.jpg

D’où la mission que ce sont fixé les auteurs : faire du champagne un vin de repas comme un autre, le désacraliser pour mieux le valoriser. Mais attention, pas un repas de luxe, trop facile, mais un repas plus quotidien, avec une pointe d’inventivité. C’est le pari ici lancé à dix chefs, qui ont préféré radis, poireaux, sardines, œuf, calmars et autres choux de Bruxelles, aux truffes, homards et caviar de certains de leur collègues traditionalistes. Le résultat : dix joyeuses recettes, toutes suivies d’un conseil avisé pour le choix de la bulle appropriée.

Cuisinez, choisissez le bon champagne – demandez à votre caviste préféré – et régalez-vous, comme avec la recette toute simple que j’ai retenue pour vous donner envie : L’œuf mayonnaise, ivre de champagne. Je l’ai réécrite pour que vous ayez envie de la faire là toute de suite, mais allez la lire (p. 5), c’est un régal de poésie !

L’œuf mayonnaise, ivre de champagne

Recette de Nicolas Fabre, Le Bel ordinaire

Œuf mayo.jpg
L’œuf mayonnaise,  ivre de champagne, le soir de la présentation du livre au Bel Ordinaire.

Lire la suite

Un rosé pour l’été

Le vin rosé divise, il est « clivant » (comme on dit) : on aime ou on déteste. Moi j’aime. Quand il fait beau et chaud comme ces jours-ci à Paris, ce vin me donne une impression de vacances, de mer chaude (oui, je l’aime chaude la mer, autant que j’aime le rosé frais !).

Ce rosé-là est un Tavel du Domaine Lafond Roc-Épine, très aromatique (pour les amateurs : grenache 60 %, cinsault 20 %, syrah 20 %), délicieusement fruité. Non, je n’emploierai pas les mots des spécialistes des vins – je n’en suis pas une et, surtout, avec moi tout marche au… plaisir. Je ne parle que de ce que j’aime, pas le temps, ni l’envie de « dire du mal ». Il y a tellement de belles et bonnes choses à découvrir…

Tavel.jpg

Ce Tavel, donc, je l’imagine bien avec la fraîche cuisine de l’été : essayez-le avec mes pâtes, haricots et tomates, mes tartines marines,  ma salade thon-coco ou mes courgettes jaunes sésame et parmesan ; et en dessert avec ma salade aux goûts d’été ou mon biscuit ricotta, chocolat et gingembre.

Lire la suite

La blancheur d’une sauce au goût de sésame

En faisant un tour au Bel Ordinaire (je vous en avais déjà parlé ici), j’ai trouvé LE tahin : il s’agit de sésame broyé additionné d’eau et plus ou moins épais. Celui-ci est extraordinairement parfumé, presque aussi doux qu’un bonbon, fluide comme il faut, et bio. Tout pour me plaire. J’en ai fait plein de choses plus ou moins réussies, et surtout une sauce toute légère que j’ai légèrement pimentée avec l’incontournable sel pimenté du Vietnam, qui là-bas est quasiment obligatoire sur les fruits.
Ou comment rapprocher les cultures.

Sauce.jpg

Sauce tahin pimentée

(Préparation : 10 min.)

Lire la suite

Notre ami le poulpe

C’est l’histoire d’un animal fascinant, l’un des plus intelligents parmi nos amies les bêtes. Allez fouiller sur le net, vous les verrez ouvrir des bocaux, se faufiler à travers d’étroites ouvertures pour fuir, jouer au ballon, bizuter les nouveaux venus en aquarium, se cacher entre deux demi-noix de coco, décorer leur tanière… Mais c’est aussi, il faut le reconnaître, (que dis-je, le regretter?) un mets absolument délicieux. C’est en tout cas le point de vue d’Anne Etorre (et le mien aussi d’ailleurs !) dans le petit livre qu’elle lui consacre : Le poulpe, dix façons de le préparer.

Poulpe.jpg
Lire la suite