Asperges vertes en 3 recettes

Rien n’est plus excitant que d’attendre… Attendre la saison. Et le printemps nous gâte toujours, après l’hiver et ses légumes racines qui n’en finissent pas. En ce moment, ce sont les asperges qui me ravissent. Voici des vertes, en 3 recettes qui font appel à des ingrédients communs : œufs et parmesan. Et en 3 cuissons avec zéro déchet pour ce qui est des asperges.

 

Asperges2

 

Asperges vapeur, œufs et pesto de persil

(Pour 2 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 10 min.)

Lire la suite

Quand un radis joliment coloré rencontre un chou-rave tout pâle

Ce que j’aime, lorsque je vais au marché, c’est les rencontres surprises. Ainsi mes pas m’ont-ils conduite à y croiser ceux d’un radis — vous savez, celui que l’on appelle bluemeat (chair bleue), à la chair  mauve, en fait — et d’un chou-rave, pauvre chose pâle un peu délaissée, pourtant tellement bonne. Je vous ai déjà dit que je l’aimais beaucoup, ce chou-rave (tout comme le personnage de Mandryka !).

Mais revenons donc à nos moutons (ovidés absents de l’œuvre de Mandryka, mais centraux dans les BD de F’murr, avec ses merveilleuses brebis aux noms improbables). Je vous le dis, la cuisine mène à tout. Nos moutons, donc : que faire de ces deux ingrédients ? Deux recettes, toujours très simples et sans proportions… Deux recettes, l’une aux accents méditerranéens, chers à mon cœur, et l’autre légèrement asiatique, toute aussi chère à mon cœur (de toutes façons, j’aime toutes les cuisines !).

Radis bluemeat et chou-rave en deux recettes

RadisBleu2

Lire la suite

Un chou-fleur, trois possibilités

Un gros chou-fleur, pour deux, ça fait beaucoup. Un mini, c’est presque trop peu. Donc, j’ai acheté un gros – la peur de manquer ? – mais j’en ai fait trois recettes ! Une remarque : ne demandez pas à votre commerçant préféré de déshabiller le chou-fleur, le vert lui va si bien…

Chou-fleur1

Chou-fleur au four 

(Pour 2 affamés ou 4 raisonnables. Préparation : 5 min. Cuisson : 40 min.)

Lire la suite

Petite sauce pour grande faim

Betterave et pommes de terre mais aussi endives et fenouil, viande grillée, poisson vapeur… Ils et elles ne seront plus tristes avec cette sauce qui, l’air de rien, va les rendre encore plus terriblement savoureux et savoureuses. Et utilisez l’ail nouveau qui vient d’arriver sur nos marchés ; vif et fruité, il est parfait avec la fraîcheur du gingembre !

Sauce2

Sauce fraîcheur

(Pour 4, 6 ou plus, selon l’usage que vous en ferez. Préparation : 15 min.)

Lire la suite

Couleurs de saison

Ne me parlez pas de détox ou de régime, évoquez plutôt une cuisine différente. Après les excès des fêtes, inutile de s’affamer, mais choisissez de manger plus simple, plus léger. Toujours de saison. Et coloré, pour satisfaire les yeux avant les papilles.

Oeuf2

Poireaux et betteraves vinaigrette, œufs mollets

(Pour 4 personnes. Préparation : 20 min. Cuisson : 15 min. Repos : 4 h ou plus.)

Lire la suite

Boulettes sans boulettes

Après Le cookie de nos rêves, voici Les boulettes de nos rêves. Toujours écrit par Déborah Dupont-Daguet (cette fois-ci Géraldine Martens n’est pas co-auteur de l’écrit, mais reste photographe). Déborah est à la tête de ce lieu de perdition qu’est La librairie gourmande, à Paris, c’est dire si elle en connaît un rayon côté cuisine.

livreBoulettes1

Comme dans Les cookies, Déborah déjoue tous les pièges de la fabrication et de la cuisson des boulettes et vous n’aurez plus aucune excuse pour les rater. Didactique donc, mais aussi salivant avec 60 recettes, qui font vraiment toutes envie ! J’ai un faible pour les boulettes bœuf-anchois (p. 42), les boulettes de poulet aux cacahuètes d’Anne Rolland (p.p. 82) ou les boulettes de sardine tsumiré de Chihiro Masui (p. 124). Pour n’en citer que quelques-unes.

Et pour continuer dans les boulettes, voici ma recette (dans Les cookies,  j’avais une recette sœurs Scotto). Enfin une des miennes !

Boulettes

Boulettes de bœuf aux oignons aigre-doux

(Pour 30 boulettes environ. Préparation : 30 min. Cuisson : 20 min.)

Lire la suite

De la joue de bœuf et des légumes de saison

L’hiver est là ou presque. C’est le retour des plats mijotés réconfortants dont cette période de confinement accentue le désir. Vous ne connaissez pas la joue de bœuf ? C’est le moment d’en acheter et de la cuisiner. Elle est plutôt rare chez les bouchers (à Paris en tout cas, dans mon quartier), donc commandez-la. La joue de porc aussi est excellente, et je suis sûre que cette recette lui conviendra parfaitement. Je voulais la rendre « provençale », avec des olives noires, mais je n’en avais pas. En revanche, j’avais une purée d’olives maison et elle a parfaitement jouée son rôle. 
J’ai accompagné ce plat de légumes de saison, mais vous pouvez choisir une simple purée de pommes de terre, une purée de potiron, des pâtes fraîches ou sèches, un riz façon risotto ou pilaf…

JouedeboeufTapenade

Joue de bœuf, vin rouge et olives

(Pour 8 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 4 h 30)

Lire la suite

Pâtes à la courge épicée, pour le World Pasta Day

Le 25 octobre, c’est le World Pasta Day, LE jour pour promouvoir la pâte. Je n’ai pas vraiment de jour pour ça, puisque je suis totalement folle de pâtes et, comme me le disait mon oncle : « Tu manges bien des pâtes tous les jours ? ». Non, pas vraiment, mais si je m’écoutais, j’en serais bien capable ! C’est juste qu’il y a plein d’autres choses à manger…Voici donc des pâtes à la courge, aux pacanes et aux épices.

Pâtes et courges

Pâtes à la courge épicée et aux pacanes

(Pour 2 affamés ou 3 raisonnables. Préparation : 10 min. Cuisson : 15 min.)

Lire la suite

Charlotte et Kalamata, avec un rien de Brunswick

Avec ce qu’il y avait dans ma cuisine (des pommes de terre charlotte, des oignons rouges de Brunswick, et des olives de Kalamata), j’ai fait une recette simple, au goût puissant, et franchement délicieuse – bon, je n’irais pas vous donner une recette que je n’aimerais pas quand même ! 

Pommes de terre rôties-fondantes aux oignons et olives

(Pour 3 à 4 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 40 min.)

Lire la suite

Jaune comme une tomate

La tomate, c’est rouge. Non, c’est aussi vert, jaune, noir, violet… Et aussi zébrée en différents tons. La mienne était une grosse tomate ananas, au jaune délicatement strié de rose. Elle était douce, fruitée, tendre et je l’ai tout naturellement mariée avec les pêches jaunes qui murissaient dans le même compotier, avec leurs jolies joues roses et leur parfum irrésistible.

La recette est toute simple et ne demande pas de proportions. Juste une association évidente, avec le basilic thaï qui pousse sur ma fenêtre. Et les baies roses, pour la couleur et la fraîcheur. Et le tout est une délicieuse entrée estivale – profitons-en, il fait encore beau ces jours-ci.

Carpaccio jaune rosé

TOMATES-PECHES-

Lire la suite

Quelques nuances de rouge

J’ai laissé mûrir cette grosse tomate achetée au marché et sa belle couleur rouge m’a donné envie de la marier avec… du rouge !

TomateGrosse.jpg

La voici devenue salade acidulée et fraîche à savourer très vite avant l’arrivée de l’automne qui déjà pointe le bout de son nez à Paris, aujourd’hui.

TomateSalade

Tomate en salade rouge

(Pour 2 à 4 personnes. Préparation : 10 min.)

Lire la suite

L’aubergine, encore et toujours

Elles sont magnifiques les aubergines en cette fin d’été, gorgées de soleil, charnues, douces… Ici, elles sont simplement grillées et assaisonnées comme j’aime, avec des parfums mêlés, d’ici et d’ailleurs. À savourer telles quelles ou avec des tomates, des filets d’anchois ou de sardines crus, du thon à l’huile, des œufs durs… Amusez-vous !

J’ai utilisé le Breizh gomasio (encore, allez-vous me dire ! Et bien oui, j’adore), mais vous pouvez utiliser un simple gomasio, sans sarrasin, ou encore parsemer les aubergines de fleur de sel et de graines de sésame.

AubergineSalade.jpg

Aubergine en salade parfumée

(Pour 3 à 4 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 5 min. Repos : 1 h)

Lire la suite

Cuisine de vacances, Vénus et Monalisa

Pour cette dernière recette de vacances, j’ai convoqué deux génies de la peinture, Botticelli (pour Vénus, ou plus exactement la naissance de Vénus) et Leonardo da Vinci (pour Mona Lisa, qui n’est plus à présenter). Ne nous emballons pas, Vénus est le nom d’un des nombreux coquillages qui habitent nos côtes, et Monalisa, une excellente pomme de terre. Les voici donc mariées pour une recette où pour une fois, je n’ai pas utilisé d’huile d’olive – si, si, ça m’arrive !

Vénus et Monalisa

Vénus.jpg

Lire la suite