Angèle, la Provence au cœur

Angèle – plus exactement Angèle Confiserie, est la dénomination d’une petite maison provençale qui a tout d’une grande. « Angèle, à cause de Pagnol/Giono, bien sûr », me diront certains en brandissant leur DVD de référence ! Et bien non : à cause d’une arrière-grand-mère, celle de Guillaume Pascal, le mari de Stéphanie, les « parents » de la maison Angèle, donc.

L’histoire commence en 1989, quand Jacques Eugène, chocolatier et apiculteur, fonde « La Confiserie des Garrigues », petite entreprise artisanale de Salernes, aux portes des gorges du Verdon. Stéphanie connait bien la maison, elle y travaille. Quand Jacques Eugène, « Monsieur Eugène » comme elle l’appelle, décide en 2016 de prendre sa retraite, le couple Stéphanie-Guillaume Pascal reprend la maison.

Les Pascal.jpg

Qui sont les Pascal ?

Lire la suite

Tomates cerise et tartines de fin d’été

Lorsque le terroir italien vous offre ce qu’il a de mieux, à savoir d’exquises tomates cerises allongées, les datterini, sucrées comme des bonbons, et que vous les avez croquées telles quelles et dans toutes les salades possibles, il ne vous reste qu’à les cuire. Rôties rapidement au four – il fait trop chaud aujourd’hui pour une longue cuisson : 33 degrés à Paris en cette fin août (dernière canicule avant l’année prochaine ?). Donc une cuisson rapide, comme celle des haricots à écosser, et qui ne sont jamais meilleurs qu’aussitôt cuits, encore tièdes.

Crues
Avant cuisson.
Cuites
Après cuisson.

Tartines fin d’été

(Pour 4 tartines. Préparation : 30 min. Cuisson : 1 h.)

Lire la suite

Conficake cédrat et conficake potiron

À court de sucre ? Du calme, vous avez de la confiture… Oui vous savez, celle qui traîne depuis trop longtemps au frigo, ou que vous n’aimez pas vraiment en l’état. Alors utilisez-la pour réaliser un cake. D’ailleurs, dans le cas présent, j’ai choisi ma confiture de cédrat – que j’ai en grande quantité ! – et une confiture de potiron faite l’an dernier et que je trouve un peu tristounette… C’est un jeu d’enfant (d’ailleurs ils peuvent facilement le faire, les enfants, avec un simple fouet électrique, inutile de mobiliser le robot). Et c’est très bon, moelleux, et peu sucré, enfin, juste ce qu’il faut. Croquez ces cakes à l’heure du thé ou au petit-déjeuner, et tièdes, ils sont encore meilleurs.  Avec une cuillerée de confiture ?

Les épices : ce ne sont là que des propositions, choisissez celles que vous aimez, mélangez-les selon vos envies.

Les moules : ce sont les miens, ils sont plutôt petits et peu évasés. J’ai acheté le premier à Londres, et le second à New York (vous savez presque tout de mes bagages au retour de vacances !).

Conficakes 1
A gauche, conficake cédrat ; à droite, conficake potiron.

Conficake cédrat

(Pour 6 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 40 min.)

Lire la suite

Anchois frais au citron

Je vous ai déjà parlé anchois, mais anchois au sel et à l’huile. Au tour maintenant des anchois frais. J’en ai trouvé cet été sur le marché de Croix-de-Vie et je me suis empressée de faire cette recette, que nous réalisions lorsque j’étais enfant, avec les anchois que mon grand-père pêcheur ramenait le matin, d’une fraîcheur exceptionnelle, bien entendu. Nous y ajoutions origan et vin blanc (que j’ai remplacé ici par du jus de citron). Une recette de bord de mer et de vacances…

Anchois frais au citron

(Pour 4 personnes. Préparation : 30 min. Cuisson : 5 min.)

anchois

 

Lire la suite

Le marché de Croix-de-vie

Des villes côtières de la Vendée, il en est une où mes vadrouilles estivales me conduisent régulièrement : Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Confessons-le, outre le plaisir de la proximité de l’océan – rare à Paris – et celui de la sardine, l’un des trésors de la pêche locale – activité rarissime dans la capitale –, j’y suis (surtout ?) attirée par le nombre de marchés qui s’y bousculent. Trois à Saint-Gilles, deux à Croix-de-Vie chaque semaine, soit cinq pour l’ensemble de ces deux villages qui, depuis 1967, ont su transformer le pont qui les séparait en lien qui les unit, pour former une même petite ville, installée sur les deux rives de la Vie – ça ne s’invente pas, puisque tel est le nom du cours d’eau qui court en son cœur…

Petite balade en images sur le marché de Croix-de-vie

Lire la suite

Les joies de la marée, par Patrick Cadour

Autant vous le dire tout de suite, je suis née au bord de la Méditerranée. Alors la marée m’est à peine plus connue que les rivages de la Mer de la Tranquillité… Quant à la côte atlantique, mes pieds –- pour ne parler que d’eux – ne l’ont pas découverte avant mes 20 ans. C’est dire que les joies des balades interminables à marée basse furent pour moi une découverte tardive même si très agréable…

Patrick Cadour, lui, est un Breton pur beurre, même si la vie l’a surpris à se baguenauder le long d’autres rives, notamment africaines.

Patrick, je l’ai connu il y a quelques années via son blog Cuisine de la mer, un vrai bonheur d’écriture et de recettes. Allez y vous y prélasser, je parie que vous adorerez. Que d’heures ai-je passé à m’esclaffer devant ses mots ! Combien de recettes ai-je suivies… J’en ai perdu le compte !

J’ai ensuite « rencontré » Patrick grâce aux « réseaux sociaux » – qui remplissent parfois leur fonction proclamée –, puis un jour, par hasard à Paris, au sortir d’un magasin d’alimentation coréen (ben voyons !)… il y rentrait – ou l’inverse. Il m’a annoncé qu’il travaillait à un livre. Chose annoncée, chose faite : ce livre je l’ai là, entre les mains.

Couv

Lire la suite

Le prosciutto di Parma, le deuxième joyau de Parme

Après le parmigiano reggiano, voici un autre régal italien, le prosciutto di Parma, autrement dit : le jambon de Parme. Comme le parmesan, ce jambon est soumis à des règles strictes établies par le Consortium du jambon de Parme, qui garantissent aux acheteurs un produit d’excellence. Et il est AOP depuis 1996.

Visite d’un site de production à Langhirano

Le salage

Les cuisses de porc qui arrivent sur le lieu de production du jambon pèsent au minimum 15 kilos et proviennent de porcs nés et élevés dans une zone géographique délimitée (nord et centre de l’Italie), n’ayant consommé que des céréales et du petit lait issu de la fabrication du parmigiano reggiano. Les cuisses sont parées (les parures sont utilisés en charcuterie) puis salées au gros sel de mer et stockées 24 jours à 3° maximum. Pendant cette période, on ajoute deux fois du sel.

0 Salage

Lire la suite