Les tomates, l’huile et le beurre

Les tomates, l’huile et le beurre : cela sonne comme une fable de La Fontaine. Mais gardons les pieds sur terre, comme les tomates, et parlons cuisine, pour ne pas changer. C’est quasiment la fin de la saison, mais elles sont délicieuses, encore gorgées du soleil de l’été, tendres et sucrées. Tomates, soleil, été : une évidence avec l’huile d’olive. Mais mes vacances vendéennes m’ont rappelé le goût du beurre cru demi-sel, avec quelques délicieux grains de sel croquant dedans… Alors marions nord et sud et abolissons les frontières !

Tomates 1.jpg
Tomates du marché, toutes couleurs.

Je les ai achetées au marché, ces tomates, et les ai laissées tranquillement mûrir. Elles deviennent ainsi plus juteuses et sucrées. Et je les aime sans peau : pour les peler, piquez la peau et retirez-la avec un couteau, elles s’enlèvera toute seule. Si elles ne sont pas totalement mûres, ou selon les variétés, cette opération est plus délicate : passez la lame du couteau contre la peau, inclinée à 20-30°, afin de ne pas abîmer la chair, sur toute la surface de la tomate, comme précédemment, puis piquez la peau et retirez-la.

 

Salade.jpg

Salade de tomates à l’huile d’olive

(Pour 4 personnes. Préparation : 10 min.)

Lire la suite

L’irrésistible beurre de la vache Froment du Léon

C’est l’histoire d’une jolie petite vache, la Froment du Léon. Elle est réputée pour sa gentillesse – jadis, lorsque les hommes partaient pêcher le cabillaud à Terre-Neuve, les Froments restaient à la ferme avec les femmes et manifestaient tant de douceur et de présence qu’on les avait appelées « les vaches de Madame » ! Quant à son lait, la Froment l’offre avec parcimonie, pas plus de 6 à 7 litres par jour. C’est pourquoi elle a failli disparaître : pas assez productive. Heureusement, grâce à quelques irréductibles, la voici revenue pâturer entre Paimpol et Saint-Brieuc : trèfle, chicorée, luzerne et autres herbes dont elle se régale. Résultat, un  lait riche et gras qui donne une crème exceptionnelle. Et je ne vous parle pas du beurre…

Beurre.jpg

Lire la suite

Du beurre et des algues

J’adore le beurre et j’adore les algues. Et donc, le beurre aux algues. J’en ai acheté 3 différents, à La Grande Épicerie. Je les ai testés. D’abord seuls, en très petites bouchées, puis sur une simple tranche de pain grillé, au petit déjeuner avec du thé genmaïcha – c’est l’un de mes petits déjeuners préférés… Et enfin sur des moules et du poisson vapeur.
Mais à vous de les imaginer autrement : étalés sur du pain pour accompagner des huîtres ou des crevettes, posés sur un filet de poisson grillé, des saint-jacques, des coquillages juste ouverts, des crevettes sautées… Et pourquoi pas, comme il m’arrive de le faire, dans un sandwich avec un bon jambon blanc en chiffonnade et du comté fruité (si si, je vous assure !).

Vous pouvez aussi préparer votre beurre aux algues en mélangeant votre beurre préféré (demi-sel, salé, aux cristaux de sel ou même doux) et des paillettes d’algues (ici ou ici, une seule variété ou un mélange), à température ambiante, avec une fourchette. Moulez alors le beurre obtenu et réservez-le au réfrigérateur.

Testons !

Je ne vous dirai pas lequel est mon préféré (vous allez sans doute le deviner, ou peut-être pas) car les trois sont intéressants. Et puis il n’y a rien de plus subjectif que le goût !

Bordier, Au Bon Beurre, Beillevaire

Lire la suite