Aubergines chinoises marinées, un peu chinoises ?

Elles sont de retour sur les marchés, ces longues et fines aubergines, chinoises peut-être, mais cultivées en Europe. Celles que j’ai achetées au marché venaient d’Italie. Je les avais déjà cuisinées dans une recette très méditerranéenne (ici). Les voici à présent un peu plus… chinoises ! Avec comme ingrédient vedette, outre l’aubergine elle-même, le vinaigre de riz chinois. Non pas le blanc léger, presque sucré, mais le noir : plus précisément celui de Zhenjiang, épais et aromatique (allez voir le site de mon amie Margot Zhang et vous saurez tout sur les vinaigres chinois). Il doit se trouver facilement dans les épiceries asiatiques, ou par Internet, le mien est arrivé à la maison dans les bagages de Junior globe-trotter…

IMG_3714.jpg

Aubergines marinées, salade légère

(Pour 4 à 6 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 10 min.)

Lire la suite

La vapeur va bien au pain

Le pain, c’est bon croustillant, alvéolé, bien cuit, en formes diverses… Le pain, oui, le nôtre, comme la baguette dont nous sommes si fiers, ou les boules de campagne. Mais le pain, c’est aussi moelleux, sans croûte, blanc et chaud, comme on l’aime (enfin moi, en tout cas, oui) en Chine. Rien ne vaut les mélanges !

Les petits pains que j’ai préparés sont un joyeux croisement France-Chine, avec huile d’olive et fleur de sel. Et ils ne sont pas blancs comme les mantous chinois car j’ai utilisé de la farine bise et leur forme me ravit, avec leur look Princesse Leïa…

 

Pain vapeur.jpg

Pains fleurs vapeur

Pour 12 petits pains. Préparation : 30 min. Repos : 3 h 30 environ. Cuisson : 15 min.

Lire la suite

Paris-Pékin 1984-1987 : le grand bond en arrière

En 1984, Stéphan Lagorce a à peine 22 ans, déjà une solide expérience en cuisine, et des rêves plein la tête. Quoi de plus naturel que d’acquiescer à la proposition de Pierre Cardin, qui vient d’ouvrir Maxim’s à Pékin ? Il y sera chef. Visionnaire, Pierre Cardin, nous dit Stéphan Lagorce : « Vous raconterez des choses stupéfiantes à vos petits-enfants. C’est vous qui devriez me payer pour aller à Pékin ». Et c’est à nous, lecteurs, que Stéphan raconte aujourd’hui ses quatre ans dans la capitale chinoise, à travers un petit livre réjouissant, Cuisine, marxisme et autres fantaisies*.

Livre.jpg

L’histoire commence comme un film de Buster Keaton ou de Charlie Chaplin.. Lire la suite

Balade hivernale à Shanghai

En janvier 2017, j’ai passé trois semaines à Shanghai. Je vous ai déjà fait partager une partie de mes expériences au cœur de la mégalopole, mais j’en ai en outre rapporté quelques images de rue – autour de tout ce qui se mange, évidemment. Sur la voie publique, bien sûr, mais aussi sur les marchés et dans les supermarchés, tant ce que l’on y trouve est varié et éclectique. En pleine évolution, mais obstinément traditionnel, attendu et pourtant si inattendu. Chinois, quoi.

• La mer

Poissons frais, coquillages, algues, méduses…

On trouve des poissons frais sur les marchés ou dans les supermarchés, sur les étals, en barquettes ou en aquarium (avec même un vrai poisson mort dedans !)

Poissons 1

Lire la suite

À Shanghai, c’est Akrame !

Je vous avais murmuré (ici et ) que l’un de nos chefs bien-aimés allait ouvrir à Shanghai. Le “secret” (relatif) peut désormais être levé, puisque le lieu a ouvert le 1er mars. Alors…

Le chef ? Oui, c’est bien Akrame.

Le restaurant ? Il s’appelle Akmé (comme acmé, mais avec le K d’Akrame).

Le lieu ? En plein cœur de la FFC (Former French Concession, l’ancienne concession française), à deux pas du consulat de France – entre autres représentations diplomatiques. Soit l’un des quartiers les plus prisés de la métropole, avec ses vieilles et souvent belles maisons et ses jolies rues ombragées par des platanes jadis plantés par les Français. L’on s’y croirait parfois, en se promenant le soir, et sans grand effort d’imagination, dans une ville du Midi… de la France.

Le très beau bâtiment du restaurant Akmé, et l’entrée. Dans les étages, un restaurant chinois, un club privé…

Akrame

akrame

Lire la suite

Shanghai, paradis perdu ?

Le ciel – ou le paradis – perdu c’est, en français, le nom du restaurant Lost Heaven, installé dans l’Ancienne Concession Française. Nostalgie d’une époque révolue, ou hommage volontaire à John Milton ? Je n’en sais pas plus…
Accolé à Lost Bakerydont je vous ai déjà parlé, le bâtiment du restaurant inclut au rez-de-chaussée un espace consacré à la gastronomie, More than eat avec, entre autres, une boucherie, une épicerie et un bar à huîtres… Quant au premier étage, celui du restaurant Lost Heaven Silk Road, c’est un très vaste espace coloré, presque kitsch, avec une jolie terrasse, fermée en hiver.
On y  déguste une cuisine délicieuse, loin de ce que l’on peut traditionnellement savourer dans la plupart des établissements de la métropole chinoise. Normal, on propose ici des recettes issues de la Chine ancienne, de celles que l’on pouvait/peut déguster le long de la fameuse « route de la Soie ». Recettes toutefois retravaillées dans l’esprit du temps.

Les escaliers et le bar.

Lire la suite

Shanghai à la baguette

À Shanghai, comme partout où se concentrent des Français, les boulangeries fleurissent, balises et carrefours de la communauté francophone et au-delà. Mais le pain que l’on trouve dans ces magasins n’est pas toujours, loin s’en faut, d’une qualité transcendante – c’est même un euphémisme.

img_8185

Chez Lost Bakery (758 Julu lu), Lire la suite