Pamplemousse et kaki, duo gagnant

Nul ne le contestera, les agrumes sont les fruits qui ensoleillent notre hiver. Les oranges, pamplemousses ou clémentines, ce n’est pas au mois de juillet (où il y a d’autres merveilles), c’est MAINTENANT. Mais les kakis aussi, ces fruits de Méditerranée, tendres et sucrés, ou croquants et acidulés, que j’ai utilisés dans ma recette.

Petit point technique

Le pamplemousse : celui que l’on mange partout chez nous, n’est pas un pamplemousse, mais un pomelo… Qui s’est planté dans l’attribution des noms ? Je n’ai pas cherché à le savoir. Le fait demeure : le pamplemousse, c’est ce très gros fruit que l’on trouve dans toutes les épiceries chinoises. Sa peau est très épaisse, sa pulpe beaucoup plus sèche que celle des pamplemousses…. Heu… des pomelos !

Pamplemousse 1.jpg

Pamplemousse 2.jpg

Le kaki : on le connait mûr, moelleux, sucré et un rien acidulé. Mais depuis plusieurs années, « on » (allez, on va dire la pub pour être gentil !) nous l’a fait aimer frais et croquant. Je n’aime vraiment ni l’un ni l’autre, même si le plaqueminier (autre nom du kaki, fort poétique à mon avis) du jardin de mon enfance donnait des fruits exquis (dixit la famille).

Sharon.jpg

Salade fraîche et fruitée

J’adore le pamplemousse, je n’aime pas le kaki. Voilà, c’est posé. Mais l’autre jour, en me promenant dans une enseigne chinoise fort connue, Tang, dans mon 13e arrondissement, j’ai acheté les deux. Et une fois à la maison je me suis dit qu’il fallait bien en faire quelque chose… J’ai été ravie de la chair du kaki, croquante bien sûr, mais douce, et au léger parfum de rose.

Lire la suite

La pêche, douce et piquante

La pêche ? C’est le péché de l’été, tant elle est tendre, veloutée, juteuse… Je l’aime violette et puissante, jaune et légèrement acidulée, blanche et douce. J’ai choisi cette dernière et lui ai apporté du piquant avec quelques petits piments et de la fraîcheur avec de tendres  feuilles de basilic.

Pêche 1.jpg

Pêche 2.jpg

Pêches pimentées

(Pour 6 pêches. Préparation : 15 min. Cuisson : 11 min. Repos : 12 h.) 

Lire la suite

Saint-Jacques fruitées et truffes chocolat-sésame

J’ai créé, pour l’épicerie fine Maison Brémond, 12 recettes utilisant leurs huiles aromatisées et leurs condiments balsamiques. Des recettes plus ou moins festives, faciles, à préparer avec des ingrédients du quotidien ou presque. En voici deux, de saison. Bon, il vous faudra les huiles et les vinaigres (ou bien… réinventez les recettes !), et les Saint-Jacques… Mais pommes, poires, endives et chocolat, c’est du basique, bon et pas cher.  Pour ce 24 décembre ou, mieux encore, pour le déjeuner ou le dîner de Noël, essayez les Saint-Jacques fruitées et les truffes au parfum de figues.
Les photos de ces recettes sont signées Édouard Sicot.

saint-jacques-fruits

Lire la suite

Fruits d’été sautés et kasutera de Nagasaki

Le kasutera (ou castella) est une spécialité de la ville de Nagasaki. Celui que vous voyez ici, fabriqué par la célèbre maison Fukusaya, m’a été rapporté de là-bas. C’est un biscuit léger, souple, légèrement spongieux et humide, au délicat goût de miel. Le castella (devenu « kasutera » dans son adaptation japonaise), comme la tempura ou les korokké (croquettes), est arrivé au Japon dans les bagages des Portugais, les barbares du Sud, comme on désignait alors les Européens venus commercer avec le Japon, au 16e siècle. Tout ça, c’est de l’Histoire, mais il n’en reste pas moins que kasutera, tempura et korokké sont devenus des classiques de la cuisine japonaise.

J’adore le kasutera tel quel, mais j’ai aimé le préparer avec des fruits de saison à peine sautés dans un filet d’huile d’olive – vous pouvez utiliser du beurre, mais huile d’olive et miel, pêches et abricots, thym et basilic, c’est un doux résumé du Sud !

Kasutera gâteau.jpg
Le kasutera de la maison Fukusaya ou l’art de l’effeuillage à la japonaise !

(Pour 2 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 5 min.)

Lire la suite