Pasta e piselli, comme à Naples

Puisque la toile ne bruisse que de pasta alla carbonara (la vraie bonne recette est ici, entre autres… avec, en plus, le savoureux texte de Floriana), moi j’ai choisi de vous parler d’autres pâtes, celles aux petits pois, comme on les prépare à Naples. Parce que les petits pois, c’est maintenant !

Pastaepiseli

A Naples, il y a plusieurs manières de les préparer : comme des pâtes traditionnelles cuites à l’eau puis ajoutées à l’assaisonnement ; précuites, leur cuisson se terminant dans l’assaisonnement ; ou enfin cuites directement dans l’assaisonnement, en y ajoutant ce qu’il faut d’eau. C’est cette dernière méthode, plus inhabituelle, que j’ai choisi de vous faire découvrir. Et non, ce ne sont pas des « one pot pasta ». Et oui, c’est très bon. Lire la suite

L’artichaut épineux, un cœur à prendre !

Avec leurs feuilles effilées, terminées par des épines terriblement piquantes, ils sont redoutables ! Alors, manipulez ces artichauts délicatement, en les tenant par la base – attention, la tige est, elle aussi, hérissée de nombreux petits piquants. Bref : prenez des gants !

1.Artichauts

Une fois les plus grosses feuilles retirées, goûtez les plus tendres, crues, tout simplement, et vous serez surpris par leur douceur. Vous pouvez savourer les cœurs crus, à la croque-au-sel, ou en les plongeant dans une vinaigrette pas trop agressive (huile d’olive fruitée noir, plus douce, et jus de citron, par exemple).

Pour ma part, comme il me restait quelques agretti (voir recette ici) de ma ballade chez Terroirs d’Avenir, j’ai improvisé cette salade… Lire la suite

Les friarielli, toute mon enfance dans un bouquet

A la maison, leur légère et délicieuse amertume valait aux friarielli qui poussaient dans le jardin potager de mon grand-père d’être appelés « brocoli amers ». Je ne sais comment ils étaient arrivés jusqu’en Algérie. Sans doute dans les bagages de ceux qui revenaient de Naples. Car « friarielli » est leur nom napolitain – à Rome on les appelle « brocoletti » et dans les Pouilles « cime di rapa ». On les cueillait juste avant que les boutons floraux n’éclosent, ou en tout début de floraison lorsque commencent à apparaître quelques jolies fleurs jaunes d’or.

1.Friarielle

Lire la suite