Passez muscade !

Si j’en crois mon ami Robert (LE Robert), « passez muscade » ne s’applique pas à la noix muscade qui parfume mes sablés, mais à la petite boule de liège que les illusionnistes utilisaient dans leurs tours de passe-passe. Parce que cette boule ressemblait à une noix muscade, elle en prit le nom. Tant pis : je garde cette jolie expression quelque peu désuète.

La noix muscade – non, pas “de” muscade (voir toujours mon ami Robert) –, est mon épice préférée. Je tiens ça de ma mère (ici). Et puis, elle est la seule (la noix, pas ma mère, quoique…) qui ne perd jamais ses arômes. Si vous en retrouvez une égarée au fond d’un placard, ne la jetez pas, râpez-la : elle se révèlera douce, fraîche et piquante, chaude et boisée, sensuelle et envoûtante. Et pour la râper, choisissez Microplane®, c’est bien mieux que la plupart des râpes proposées sur le marché.

Dans cette recette, j’ai utilisé la muscade au lieu des sempiternelles vanille, cannelle ou autres épices pour pain d’épice. Juste de la muscade et, pour ma quarantaine de sablés, j’ai râpé une belle petite noix. Ne vous inquiétez pas, vous ne mettrez pas votre santé en danger, même si vous croquez tous les sablés – mais si vous en mangez une dizaine, ce sera déjà beaucoup, ils sont riches en beurre, sucre et farine ! Parce que, ne l’oublions pas, la noix muscade a mauvaise réputation : celle de tuer ! Oui, oui. Mais il faudrait en ingérer vraiment beaucoup en une seule fois pour avoir des hallucinations et voir son cœur s’emballer…

La voici donc, cette jolie noix, dans mes sablés, à croquer, en ces périodes festives, à tout moment de la journée. Et si vous cherchez de bonnes muscades, celles d’Olivier Roellinger sont irrésistibles.

IMG_A9EE3C9F84BB-1

Sablés muscade

Lire la suite