Christophe Vasseur : P comme Pain, Passion, Paris…

Christophe Vasseur est un homme heureux : il possède l’une des plus belles boulangeries de la capitale, la célèbre Du pain et des idées. Une boulangerie où l’on va surtout – enfin, pardon, moi, en tout cas –  pour « Le pain des amis », un pain d’exception, l’un de mes préférés au monde (si, si !). Mais je vous rassure, je craque également pour ses viennoiseries et ses galettes des rois (en saison). Bref, un lieu de perdition comme nous les chérissons…
Christophe, donc, vient de publier Le pain, de la terre à la table. Cet ouvrage raconte son histoire, sa passion, ses espoirs, ses angoisses… Le livre lui a demandé quatre ans de travail et, pour s’assurer qu’il serait tel qu’il le voulait, il l’a auto-édité, aucun éditeur de la place ou d’ailleurs ne le voulant ainsi. Une merveille, dont la direction artistique a été assurée par la talentueuse équipe de  be-poles, avec en matière première de très belles photographies de Benoît Linero et, bien plus qu’en accompagnement, des textes très réussis de Camille Sereis, qui a parfaitement su mettre en mots la passion de notre Christophe Vasseur.

Lire la suite

Et si on allait chez Castel ? Oui, chez Benoît Castel !

Il y a 16 mois que Benoît Castel a investi les locaux de l’ancienne maison Ganachaud, sur les hauteurs de Ménilmontant, en y installant sa pâtisserie-boulangerie Liberté –l’un de ces nouveaux lieux qui ont vite pris toute leur place dans le paysage urbain parisien. Mais au fait, pourquoi ce nom, « Liberté » ?
« Parce que tout y est transparent, je ne cache rien. J’aime que les clients voient comment on travaille, et les produits que l’on travaille ».

3.CastelPortrait
Après avoir été aux commandes de la partie sucrée de La Grande Épicerie, Benoît Castel a ouvert Joséphine Bakery, qu’il dirige toujours, puis les trois magasins Liberté.

Liberté Ménilmontant, c’est un beau et vaste lieu où l’on peut déguster un café et dévorer une pâtisserie à toute heure et même, le week-end, s’attabler plus longuement pour un brunch paresseux.

Deux grands espaces – boulangerie-pâtisserie d’un côté, salle à manger de l’autre –, séparés, ou plutôt réunis, par un mini-laboratoire où se concocte une partie des délices salées et sucrées inscrites à l’ardoise. Un autre laboratoire, beaucoup plus grand, où sont préparés pains et pâtisseries, occupe une partie du sous-sol. Lire la suite