Du riz et des petits pois

À Venise, on appelle ce plat risi e bisi, mais il est réalisé avec la variété de riz vialone nano, au petit grain qui gonfle moins à la cuisson que le carnaroli. Donc mon plat n’est pas un risi e bisi, mais un classique risotto aux petits pois.

Allons-y pour un risotto aux petits pois. Avec le classique riz carnaroli. Celui que j’ai utilisé vient de la maison Riso Buono (traduire : bon riz). Et ce n’est pas une ruse marketing : il est bon ce riz, très bon. Riso Buono est la propriété de la famille Luigi Guidobono Calvalchini qui cultive du riz depuis le XVIIe siècle. Et ce carnaroli gran riserva a la particularité d’avoir été stocké avec soin et amour – si si –, un an avant sa mise en vente, ce qui donne un grain qui gonfle parfaitement à la cuisson, reste entier, ne colle jamais, ne surcuit pas et conserve parfaitement les précieux minéraux qu’il contient.

Risotto3

Voilà pour le riz, maintenant passons aux petits pois. Ces petits merveilles d’un vert tendre se cachent dans une cosse qu’il ne faut pas négliger : ne les jetez surtout pas, elles vont donner un bouillon qui renforcera le goût du risotto.

Risotto1

Risotto aux petits pois

(Pour 4 personnes. Préparation : 20 min. Cuisson : 50 min.)

Lire la suite

Tarte poireaux et petits pois

De mon panier bio, il me restait des poireaux ; dans le nouveau, il y avait des petits pois. Les marier, quelle bonne idée ! Une recette facile, sans œufs et avec une pâte à tarte qui se fait en un clin d’œil et qui n’a pas besoin de repos.

Poireaux1.jpg

Tarte facile poireaux et petits pois

(Pour 4 à 6 personnes. Préparation : 30 min. Cuisson : 1 h)

Lire la suite

Pasta e piselli, comme à Naples

Puisque la toile ne bruisse que de pasta alla carbonara (la vraie bonne recette est ici, entre autres… avec, en plus, le savoureux texte de Floriana), moi j’ai choisi de vous parler d’autres pâtes, celles aux petits pois, comme on les prépare à Naples. Parce que les petits pois, c’est maintenant !

Pastaepiseli

A Naples, il y a plusieurs manières de les préparer : comme des pâtes traditionnelles cuites à l’eau puis ajoutées à l’assaisonnement ; précuites, leur cuisson se terminant dans l’assaisonnement ; ou enfin cuites directement dans l’assaisonnement, en y ajoutant ce qu’il faut d’eau. C’est cette dernière méthode, plus inhabituelle, que j’ai choisi de vous faire découvrir. Et non, ce ne sont pas des « one pot pasta ». Et oui, c’est très bon. Lire la suite