Un romanesco, trois possibilités

Le romanesco ou « chou romanesco », est d’abord un objet fractal (si, si, allez voir et vous découvrirez comment la nature sait nous faire rêver). Mais là n’est pas notre propos du jour… Ici, nous parlons surtout cuisine : je vais donc vous dévoiler comment un joli romanesco (oui, c’est très joli un romanesco, avec ses fleurettes pointues et sa couleur tendre) s’est transformé en trois recettes et comment, ce faisant, je n’ai pas jeté une seule miette de ce légume.

Romanesco.jpg

Trois recettes :

Velouté tout simple / Fleurettes aux pignons / Salade au sésame 

Le romanesco pesait environ 750 g (je vous épargne les 753 ou 758…), les parures (les feuilles extérieures et les trognons des fleurettes) pesaient 250 g et le trognon (le cœur du romanesco pelé) 60 g.

Les trois recettes seront parfaites pour 3 ou 4 personnes (sauf la salade si vous la dégustez seule), mais rien ne vous oblige à tout manger le même jour…

Lire la suite

Epine-vinette et soupe orange

L’épine-vinette, c’est frais, acidulé, et bourré d’épines (attention à la manipulation des branches, si vous avez comme moi la chance d’en avoir quelques-unes venues d’Iran par une amie d’amie – oui oui, c’est ça la solidarité dans les découvertes culinaires !). Cette fraîcheur pimpante remplace à merveille les quelques gouttes de jus de citron qui peuvent ensoleiller un plat, et ça a de la mâche! Et puis c’est joli, non ? J’ai décidé de l’associer à une jolie soupe colorée et parfumée. A vos cuillères !

IMG_0815

Velouté orange, coriandre et épine-vinette

(Pour 4 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 30 min.)

Lire la suite

Les « carciofi alla giudia » de Denny Imbroisi

Les « carciofi alla giudia » (artichauts à la juive) sont une spécialité romaine, l’une de ces merveilles que les initiés dégustaient autrefois dans les petites trattorias pas chères et discrètes du Trastevere, quartier populaire de Rome en passe de gentrification.

IMG_0530.jpg

À Paris, Denny Imbroisi  nous en propose son interprétation.

Lire la suite

Végéterrien, un nouveau concept ?

Je suis le travail de Bernard Laurance depuis longtemps. Son blog, La cuisine de Bernard, est un régal (je vous en avais parlé ici) et ses livres donnent toujours envie de cuisiner. A propos de livre, justement, il vient de publier Végéterrien, un titre qui dit :
1. que nous sommes terriens – et là personne ne peut le contredire.
2. qu’il vaut mieux consommer végétal qu’animal.
Disons-le tout de suite, je ne suis pas végétarienne. Je suis un être humain qui se nourrit, comme tel, de végétal et d’animal. Ce qui ne signifie absolument pas « s’empiffrer » de viande, volaille ou poisson. Non, j’en consomme peu, de temps en temps et, surtout, en choisissant ce que je mange. Choisir, contrairement à ce que l’on dit parfois (trop souvent), est à la portée de tous. Il vaut mieux manger de temps à autre une bonne viande, bien élevée, en petite quantité, que souvent n’importe quoi acheté en supermarché ou en surgelé – allez voir votre boucher ou votre poissonnier, achetez au marché et surtout, posez des questions ! Autrefois, pour décrire ce régime alimentaire, ancestral raisonné, on utilisait le mot « omnivore », tout simplement. Et puis, les gens comme moi sont soudain devenus des « flexitariens »…  Soit. J’assume, jusqu’à la prochaine mode. Alors, je suis peut-être flexitarienne, très « flexi », mais ça ne m’empêche pas d’apprécier grandement le travail fait dans ce livre ! En matière de gastronomie aussi, je suis pour prendre le meilleur dans chaque école. Vive la cuisine laïque (un nouveau concept ?) !

Végé-terrien.jpg

Lire la suite

Falafels tout pois-chiches

Il y a longtemps que l’envie de me colleter à nouveau avec les falafels me trottait dans la tête… J’ai rééxaminé les recettes que j’avais déjà pu donner, ici ou là : elles ne me satisfaisaient plus, tant il est vrai que la cuisine évolue. J’ai fouillé le net et j’ai été attirée par celle de Bernard, ce charmant jeune homme à qui j’avais prédit (oui, oui, je suis aussi un peu voyante… !) le meilleur à notre première rencontre. Et je ne me suis pas trompée ! Donc merci Bernard pour l’inspiration, et voici ma version : elle est 100% pois-chiches alors que l’on mélange souvent pois-chiches et fèves sèches.

Falafels.jpg

Falafels

(Pour 6 personnes. Préparation : 40 min. Cuisson : 20 min. Repos : 20 h environ.)

Lire la suite

Pasta, fagioli e datterini / Pâtes, haricots et tomates

Profitons des dernières merveilles de cette fin d’été : les tomates datterini et les haricots à écosser (je vous en avais déjà parlé ici). Avec des pâtes, de l’huile d’olive et un rien de gingembre, voici une recette facile, un plat complet parfait pour ces jours frisquets…

 Pasta.jpg

Pasta, fagioli e datterini ou pâtes, haricots et tomates

 (Pour 5 à 6 personnes. Préparation : 20 min. Cuisson : 45 min.)

Lire la suite

Pois-chiches noirs, black is beautiful !

Des pois-chiches noirs c’est inhabituel, c’est surprenant, c’est esthétique, bref : c’est joli comme tout. J’avais donc craqué pour cette presque rareté.
Après le traditionnel bain d’eau fraîche, je les ai fait cuire comme il se doit. Et le résultat ne m’est pas apparu formidable. En tout cas, impossible d’en faire une salade : leur peau était extrêmement dure et très difficile à ôter. Il ne me restait donc qu’à les mixer… Ce que j’ai fait, d’où un houmous différent, à la jolie couleur – inhabituelle – et à la très agréable texture. Je vous raconte.

 

Houmous de pois-chiches noirs

Pour 8 personnes. Préparation : 20 min. Cuisson : 1 h 30. Repos : 12 h.

Lire la suite