Courgettes, oui mais trompettes, et vraiment simplettes !

Les toutes dernières de la saison (mais y’a plus d’saison mon bon monsieur / ma bonne dame ! 25° à Paris le 10 octobre…), et ce sont des courgettes trompettes, celles que l’on adore par-dessus tout dans la région niçoise.

Courgette trompette.jpg

 

 

Celles-ci étaient assez grosses – les 3 pesaient 900 g – , pas de ces petites toutes douces que l’on peut croquer quasiment crues au cœur de l’été : elles ont bien supporté une quasi longue cuisson. Leur léger goût de noisette nous prépare à l’arrivée des courges qui vont coloniser les longs mois d’hiver.

Courgette oignons-pignons.jpg

Courgettes trompettes, oignons et pignons

(Pour 4 à 6 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 25 min.)

Lire la suite

La soupe de la fin de l’été, la soupe au pistou

Je sais : certains se désolent de devoir manger une soupe chaude quand la météo est encore clémente. Mais il faut l’admettre, la soupe au pistou n’existerait pas sans haricots à écosser frais. Et leur saison, qu’on le veuille ou non, c’est août-septembre… Mais que l’on se rassure, au bout du compte, la soupe n’est pas si chaude que ça : vous la retirez du feu et y ajoutez le pistou avant de la déguster, donc sa température baissera légèrement.
Attention, ne confondez pas pistou et pesto, sinon vous allez vous attirer les foudres des Provençaux et des Italiens réunis. Le pistou provençal, c’est du basilic, de l’ail, de l’huile d’olive, et quelquefois de la tomate ; le pesto italien, c’est du basilic, de l’ail, du fromage (pecorino et/ou parmesan) et des pignons.
Ma recette, c’est celle de ma mère, qu’elle a apprise en arrivant à Marseille : elle y a toujours mis de la tomate. Ce qui donne un pistou plus doux, parfait avec les haricots frais.
Et pour ce qui est des haricots à écosser, il en existe de nombreuses variétés (borlotti, lingots, michelets, cocos nains, mistral…). Ceux que j’ai utilisés ici sont des cocos de Paimpol.

 

Soupe au pistou.jpg

Soupe au pistou

(Pour 6 à 8 personnes. Préparation : 30 min. Cuisson : 1 h)

Lire la suite

Début d’automne aux saveurs d’été

Il fait encore beau et bon partout en France, c’est encore la fête des légumes qui ont nourri notre été : tomates, courgettes ou aubergines. Celui que je vous propose ici est l’un de mes préférés : l’aubergine. Et plus précisément aujourd’hui, je vous propose une aubergine blanche toute légère et parfumée.

Trois aubergines.jpg
Trois aubergines achetées au marché Blanqui, dans le 13e arrondissement de Paris.

Tout est bon dans l’aubergine !

Je vous ai déjà donné plusieurs recettes d’aubergines (ici, ici, ici ou encore ), utilisées avec leur peau. Ici je l’ai pelée et préparée en deux temps : vapeur et chips.

Vapeur.jpg

– Aubergine vapeur pimentée

Pour 6 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 20 min.

Lire la suite

Retour de marché

Retour à Paris et à mon marché dominical, celui du boulevard Blanqui, dans le 13e arrondissement. En cette fin d’été, on  trouve encore aubergines, poivrons et tomates au mieux de leur forme car gorgés de soleil – qui n’a pas manqué cette année.
Cette salade toute simple mêle tomates anciennes et radis red meat, été et automne. Les red meat et autres green meat éclipseront bientôt les tomates, mais pour l’instant ils cohabitent brièvement et il est amusant d’associer fraîcheur et fruité de la tomate au piquant du radis. Sans oublier l’irrésistible mélange des couleurs.

Tomates.jpg
Noire de Crimée, Ananas, Cacao et Beauté blanche : les quatre tomates achetées en ce dimanche matin.

Salade.jpg

Salade retour de marché

Pour 2 personnes. Préparation : 10 min.

Lire la suite

« Aglio, uoglio… » ou la pasta comme à Naples

Cet été, je n’irai pas à Naples, donc j’ai fait entrer un peu plus Naples dans ma cuisine. J’aime la cuisine italienne, toute la cuisine italienne, avec un faible pour celle qui a bercé mon enfance – ma famille venait des environs de Naples et de Procida.

Cette recette est celle de ma mère, bien sûr. Je l’ai faite et refaite des milliers de fois, sans jamais y changer quoi que ce soit. Pourtant, je sais que l’on peut y ajouter persil ciselé, filets d’anchois ou chapelure. Mais moi je la préfère ainsi, comme maman. Et puis, s’il en reste (en fait j’en fais toujours plus POUR qu’il en reste !), je ne résiste pas à la galette croquante du lendemain.

Un conseil : mangez toutes les gousses d’ail le premier jour. S’il en reste dans la galette du lendemain, elles risquent de brûler et de devenir amères. Donc, profitez-en plutôt tout de suite !

Encore un petit mot : « uoglio » ou « oglio », c’est l’huile en napolitain, une langue extraordinaire qu’hélas je ne parle pas… Mais j’en comprends quelques mots – merci maman, merci papa !  En italien, on écrit « olio ».

 

Pasta 1

Linguine aglio, uoglio e peperoncino

(Pour 3 ou 4 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 15 min.)

Lire la suite

La pêche, douce et piquante

La pêche ? C’est le péché de l’été, tant elle est tendre, veloutée, juteuse… Je l’aime violette et puissante, jaune et légèrement acidulée, blanche et douce. J’ai choisi cette dernière et lui ai apporté du piquant avec quelques petits piments et de la fraîcheur avec de tendres  feuilles de basilic.

Pêche 1.jpg

Pêche 2.jpg

Pêches pimentées

(Pour 6 pêches. Préparation : 15 min. Cuisson : 11 min. Repos : 12 h.) 

Lire la suite

Couleurs aubergine

L’aubergine c’est l’autre symbole dominant de l’été, juste après la tomate. Celles que j’aime cuisiner arrivent de Sicile, sont très rondes, blanches, quand leur peau ne va pas jusqu’à jouer d’un camaïeu glissant du mauve au violet sombre. Elles ont la chair pâle, dense et douce. Les préparations les plus simples leur vont à ravir et dans cette recette, d’inspiration sicilienne lointaine, elles sont tout simplement grillées, et assaisonnées de choses bonnes, parfumées et croquantes !  Mangez-les aussitôt cuites, presque tièdes, ou longuement marinées, comme il vous plaira. Telles quelles, avec d’autres plats d’été frais et légers, ou pour accompagner poissons ou viandes.

Aubergine 1

Aubergine 2

Aubergines grillées, pignons, raisins et menthe

(Pour 3 à 6 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 10 min.)

Lire la suite

Généreuse Générose

La Générose, c’est une tomate, une nouvelle tomate, bio, issue de croisements et non OGM. Une tomate bien ronde et charnue, d’une jolie couleur tirant vers le rose ou le jaune. Elle pourrait être prise pour une tomate ancienne, mais non : c’est une variété nouvelle, sucrée, goûteuse et juteuse, craquante et fondante. Elle est cultivée en France et vous la trouverez dans les magasins bio, dans les rayons bio de la grande distribution, et elle a un bel ambassadeur en la personne du chef Glenn Viel.

J’en ai fait une préparation fraîche et acidulé, parfaite en ces périodes de grosses chaleurs.

Toamte farcie.jpg

Tomate farcie à l’orge perlé et aux pistaches

(Pour 2 ou 4 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 40 min. Repos : 2 h.)

Lire la suite

Le gâteau du dimanche, ou les joies du placard

Plus d’œuf, plus de beurre… Mais un placard toujours bien rempli. Voyons : lait végétal, huile, confiture, cacao… Tout va bien ! Et en plus, à Paris, il fait un temps glacial en ce 13 mai, le printemps est passé rapidement la semaine dernière et il ne reste qu’à attendre son retour. Alors autant se retrouver devant un gâteau réconfortant et une tasse de thé, un café ou un chocolat, bien au chaud, en regardant la grisaille au-dehors…

Le gâteau du dimanche.jpg

Le gâteau du placard

(Pour 6 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 25 min.)

Lire la suite

Agretti, le retour

C’est le printemps (enfin c’est vite dit, à Paris on caille…) et le retour des agretti (voir ici et ). Le bouquet ci-dessous, je l’ai acheté chez Rap.

Agretti.jpg

J’aime toujours autant cette jolie petite plante fraîche et acidulée. Cette fois, je l’ai préparée en risotto, tout simple à faire et vraiment délicieux.

Risotto aux agretti

Risotto.jpg

(Pour 4 à 6 personnes. Préparation : 15 min. Cuisson : 35 min.)

Lire la suite

Poireaux confits

On ne les aime pas vraiment ces pauvres poireaux, ils ne semblent bons que pour la vinaigrette, pour distraire les pommes de terre ou se prélasser lascivement dans une soupe. On n’y pense pas, ou peu, comme légumes, seuls. Ils sont pourtant excellents, comme ceux-ci, à la fois doux et parfumés, tendres et croustillants. Allez, réhabilitons le poireau !

Poureaux

Poireaux confits, sucre et sel

(Pour 2 à 3 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 30 min.)

Lire la suite

Chocolat chaud tout chocolat

Après quelques jours de printemps, d’espoir, nous voilà de retour en hiver, avec un Paris où la neige tombe à gros flocons. Pas de problème, pour reprendre le dessus, voici un bon chocolat chaud, naturellement épais et velouté, sans ajout de lait (les intolérants au lactose peuvent se délecter !)

Chocolat chaud 1.jpg

Chocolat chaud

(Pour 2 personnes. Préparation : 5 min. Cuisson : 1 min.)

Lire la suite

Un romanesco, trois possibilités

Le romanesco ou « chou romanesco », est d’abord un objet fractal (si, si, allez voir et vous découvrirez comment la nature sait nous faire rêver). Mais là n’est pas notre propos du jour… Ici, nous parlons surtout cuisine : je vais donc vous dévoiler comment un joli romanesco (oui, c’est très joli un romanesco, avec ses fleurettes pointues et sa couleur tendre) s’est transformé en trois recettes et comment, ce faisant, je n’ai pas jeté une seule miette de ce légume.

Romanesco.jpg

Trois recettes :

Velouté tout simple / Fleurettes aux pignons / Salade au sésame 

Le romanesco pesait environ 750 g (je vous épargne les 753 ou 758…), les parures (les feuilles extérieures et les trognons des fleurettes) pesaient 250 g et le trognon (le cœur du romanesco pelé) 60 g.

Les trois recettes seront parfaites pour 3 ou 4 personnes (sauf la salade si vous la dégustez seule), mais rien ne vous oblige à tout manger le même jour…

Lire la suite

Epine-vinette et soupe orange

L’épine-vinette, c’est frais, acidulé, et bourré d’épines (attention à la manipulation des branches, si vous avez comme moi la chance d’en avoir quelques-unes venues d’Iran par une amie d’amie – oui oui, c’est ça la solidarité dans les découvertes culinaires !). Cette fraîcheur pimpante remplace à merveille les quelques gouttes de jus de citron qui peuvent ensoleiller un plat, et ça a de la mâche! Et puis c’est joli, non ? J’ai décidé de l’associer à une jolie soupe colorée et parfumée. A vos cuillères !

IMG_0815

Velouté orange, coriandre et épine-vinette

(Pour 4 personnes. Préparation : 10 min. Cuisson : 30 min.)

Lire la suite